Un choc aussi pour l'entourage


L’annonce du diagnostic d’un cancer est un choc non seulement pour la personne directement concernée mais aussi pour ses proches.

L’irruption de la maladie bouleverse les relations de couples et familiales. Face à une épreuve difficile, les proches ne savent pas toujours très bien comment réagir. Ils peuvent être désemparés, anxieux, éprouver un sentiment de culpabilité.

Soutenir un malade au jour le jour peut également entraîner une forme d’épuisement au bout d’un certain temps. Les proches ne doivent pas hésiter à se faire aider, en consultant un psychologue par exemple, afin d’être davantage en mesure d’assumer leur rôle d ’aidant.

Les réactions des uns et des autres...


L’irruption du cancer et la lourde prise en charge médicale qu’elle nécessite déstabilisent l’entourage. D’abord parce que le malade est bouleversé, éventuellement effondré, angoissé, mutique, agressif… face à cette nouvelle situation, et tout en cherchant à bien faire, l’entourage ne sait pas toujours comment réagir.

Certains proches peuvent avoir tendance à materner le patient, ce qui a souvent pour effet d’agacer ce dernier. Ils peuvent aussi paraître maladroits, indifférents ou même solliciter encore plus d’efforts de la part du malade, incapables d’intégrer la réalité et la gravité de la maladie, trop angoissante pour eux. Dans certains cas, le sentiment d’impuissance ressenti par les proches est tel que cela peut les conduire à fuir. Heureusement, comme pour le patient, le temps et les ressources psychologiques permettent le plus souvent de trouver la force de faire face.