Cancer du sein
Diagnostic
Les traitements
La recherche

La chimiothérapie 23/11/2012

La chimiothérapie est l’un des traitements du cancer du sein. Il s’agit d’un traitement dit adjuvant, c’est-à-dire qui complète un traitement chirurgical.
La chimiothérapie adjuvante a pour objectif de diminuer le risque que des cellules cancéreuses se développent à distance, ce qu’on appelle des métastases.
La chimiothérapie agit sur le cancer à l’aide de médicaments appelés médicaments anti-tumoraux ou médicaments anticancéreux.
Ces médicaments agissent par voie générale: ils agissent sur les cellules cancéreuses dans l’ensemble du corps, soit en les détruisant, soit en les empêchant de se multiplier.
La chimiothérapie adjuvante entraîne certains effets secondaires : nausées et vomissements, diarrhée, constipation, aphtes, sécheresse dans la bouche, chute des cheveux, effets sur le sang, fatigue, douleurs, cycles irréguliers ou arrêt des règles (passagers ou non), perturbations de la vie de couple, etc.
Dans certaines situations, le médecin propose une chimiothérapie avant la chirurgie. On parle alors de chimiothérapie néoadjuvante. Celle-ci a pour but de diminuer la taille de la tumeur afin d’envisager par la suite une chirurgie conservatrice.
Les études scientifiques ont évalué que la durée optimale d’une chimiothérapie était de 4 ou 6 cures.
Plus de 6 séances de chimiothérapie n’apportent pas plus de chance de guérison, mais moins de 4 séances est moins efficace.

A retenir

Une chimiothérapie est un traitement qui agit dans l’ensemble du corps à l’aide de médicaments.
Ces médicaments ont pour but de détruire les cellules cancéreuses ou de les empêcher de se multiplier. La décision d’effectuer une chimiothérapie dépend des caractéristiques de chaque cancer.
Une chimiothérapie complète un traitement chirurgical. Une chimiothérapie se déroule en plusieurs cures, le plus habituellement sous forme de perfusions.
Il existe de nombreux médicaments de chimiothérapie, souvent associés entre eux.

Quand le médecin propose-t-il une chimiothérapie ?

Une chimiothérapie adjuvante n’est pas proposée de façon systématique à toutes les patientes mais lorsque le cancer présente un risque de récidive.
Le risque de récidive dépend des caractéristiques du cancer et de l’âge de la patiente.On parle de facteurs pronostiques.
Ces facteurs permettent de décider s’il faut faire un traitement médical adjuvant ou non.

Les facteurs pronostiques sont au nombre de 7 :
  • le nombre de ganglions envahis au niveau de l’aisselle
  • le grade de la tumeur
  • la taille de la tumeur
  • la présence de récepteurs hormonaux dans les cellules de la tumeur
  • les cellules cancéreuses qui circulent dans les vaisseaux (on parle d’emboles vasculaires)
  • l’expression d’une protéine particulière par les cellules cancéreuses: la protéine HER2
  • l’âge de la patiente inférieur à 35 ans

  • Ces sept facteurs déterminent le risque de récidive dans les 10 ans qui suivent le traitement du cancer.
    Une chimiothérapie adjuvante est recommandée si le risque de récidive est supérieur ou égal à 10%. Ces facteurs pronostiques sont aussi appelés facteurs de risque de récidive.
    Le médecin dispose d’un logiciel qui calcule le risque de récidive dans les 10 ans qui suivent le traitement, ainsi que le bénéfice des traitements médicaux sur ces risques.
    Ce logiciel l’aide dans le choix du traitement médical? en examinant les probabilités d’une récidive, en informant et discutant avec la patiente des bénéfices et des risques statistiques attendus par les traitements.
    Lorsque le médecin propose une chimiothérapie, il tient compte de ces facteurs de risque, mais aussi de l’état général de la patiente, de ses préférences, ainsi que de ses antécédents médicaux et chirurgicaux.

    Pour les femmes de moins de 50 ans ou les femmes non ménopausées

    Ainsi, pour les femmes de moins de 50 ans ou les femmes non ménopausées dont le cancer a envahi les ganglions axillaires ou qui présentent d’autres facteurs de risque de récidive, le médecin propose le plus souvent une chimiothérapie.
    Il s’agit d’un traitement standard. Une hormonothérapie complémentaire est le plus souvent proposée lorsqu’il existe des récepteurs hormonaux.
    Les informations chiffrées sur les chances de guérison ou le risque de récidive sont des indications générales. Elles représentent des informations statistiques utiles et valables pour une population dans son ensemble.
    Ces chiffres ou pourcentages ne donnent donc pas d’information précise pour une personne en particulier. Par exemple, si on dit qu’un traitement a 6 chances sur 10 de marcher ou qu’il y a 60 % de chances qu’il marche, cela signifie que sur 100 personnes atteintes d’un certain type de cancer, environ 60 d’entre elles tireront un bénéfice de ce traitement; cela signifie aussi que 40 de ces 100 personnes n’en tireront pas de bénéfice.
    Ce pourcentage (60 %) ne donne pas de certitude pour une personne en particulier, mais signifie qu’elle a de bonnes chances de tirer des bénéfices de ce traitement. Les traitements adjuvants diminuent un risque de récidive estimé pour un cas particulier.
    Il ne faut pas hésiter à demander au médecin de vous aider à mieux comprendre toutes ces informations chiffrées qui, malgré leur part d’incertitude, peuvent être utiles pour prendre une décision.
    1 2 3  >