Pr Laurent Zelek
Hygiène de vie, alimentation, et cancer du sein, Où placer le curseur ?

Faire face au cancer n’est pas chose simple, les questions se bousculent dans la tête. Pourquoi moi ? Avais-je une mauvaise hygiène de vie ? Ai-je fait l’impasse sur des aliments qui auraient pu tenir le cancer à distance ? Est-ce le résultat de ma trop grande sédentarité ? Autant de questions auxquelles le Professeur Zelek , Oncologue Médical au CHU Avicenne de Bobigny avait pour objectif de répondre.
Pour écouter son intervention

Le compte-rendu en images et en mots de notre colloque 2015

Nous remercions chaleureusement toutes celles et tous ceux qui ont assisté et participé à notre colloque "le cancer du sein sans tabou". Vos réactions, vos commentaires ont été une vraie richesses à lire et à entendre. En cliquant ici vous pourrez afficher son compte-rendu détaillé sur notre bulletin 29. Et , la vidéo de quelques témoignages.

10 raisons de signer la Déclaration écrite sur la lutte contre le cancer du sein dans l’Union Européenne.

1 – Chaque année on compte dans l’Union Européenne plus de 367 090 nouveaux cas de cancer du sein
2 – Chaque année, 91 495 femmes y meurent d’un cancer du sein
3 – Le cancer du sein menace 1 femme sur 8 dans l’UE
4 – Les unités spécialisées de sénologie sont essentielles à l’amélioration des soins et de la survie des femmes atteintes de cancer du sein
5 – La Résolution du Parlement européen sur le cancer du sein de 2006 préconise à tous les Etats membres l’implantation de Breast units d’ici à 2016. Alors que l’échéance approche rapidement, de nombreux pays n’y ont pas encore souscrit
6 – Les femmes atteintes de cancer métastatique ont des besoins spécifiques de traitement et d’accompagnement psychologique, qui ne sont pas satisfaits dans de nombreux pays ou régions de l’UE.
7 – La Déclaration écrite de 2010 appelait la Commission à élaborer un protocole d’accréditation des unités de sénologie que l’ECIBC (European Commission Initiative on Breast Cancer) devait contribuer à déployer. Mais les progrès sont lents et doivent s’accélérer pour respecter l’échéance 2016
8 – Les programme de détection par mammographie constituent aujourd’hui la meilleure méthode de dépistage précoce et accroissent les chances de survie de femmes atteintes.
9 – Tous les pays de l’UE ne disposent pas de données pertinentes d’incidence et de mortalité du cancer du sein et du cancer du sein métastatique
10 – La signature des députés européens garantira que toutes les femmes au sein de l’Union bénéficieront de soins de qualité conformes aux référentiels.

Pascale Romestaing Vice-présidente d’Europa Donna
radiothérapeute, Hôpital privé Jean Mermoz – Lyon

Les perspectives en radiothérapie
La tendance depuis des décennies est à la désescalade thérapeutique. A la question aujourd’hui couramment posée dans la prise en charge du cancer du sein « comment faire aussi bien plus rapidement ? » la radiothérapie propose plusieurs réponses, dont chacune a ses indications spécifiques. L’objectif est de garder le même contrôle local, pour ne perdre aucune chance, en diminuant les effets secondaires. La radiothérapie hypo fractionnée vise à irradier plus rapidement l’ensemble du sein. Elle est réservée aux cas à faible risque de récidive locale, évalué sur des critères bien connus. La radiothérapie focalisée accélérée, appliquée au lit de la tumeur , peut se faire en per ou postopératoire. La radiothérapie peropératoire dispense 24 Gy en une fraction, au bloc opératoire. La curiethérapie, utilisée pendant longtemps en complément de dose chez les patientes à haut risque, administrée grâce à des aiguilles ou le dispositif Mammosite®, délivre la dose prescrite à raison de 2 séances par jour pendant 5 jours. Ces alternatives à la radiothérapie « classique » appellent à la prudence et à être réservées à des patientes soigneusement sélectionnées en fonction de leur niveau de risque.
Diaporama

La prise en charge du cancer du sein : Enquête Europa Donna 24/03/2014

Entre octobre 2012 et janvier 2013, un questionnaire sur 12 items a été proposé à 2 000 personnes, par différents canaux papier et web, mailing remise lors du Colloque annuel, mise à disposition dans les ERI et sur le site.
Vous avez été 354 à nous répondre : 243 patientes (68,6%), 63 proches (17,8%) et 48 professionnels de santé (13,6%).
Cette première enquête nationale menée par Europa Donna visait à évaluer le vécu, par les patientes, les proches et autres personnes concernés, de la prise en charge du cancer du sein.
Globalement, la prise en charge est estimée très satisfaisante : plus de 90% des répondants la note au-dessus de 7/10.
La qualité de vie reste la préoccupation principale des patientes et de leurs proches.
Les éléments de la prise en charge à améliorer
Parmi les 20 items abordés par le questionnaire, ressortent significativement comme perfectibles :
• La gestion du stress et de la fatigue, pour 68,6% des répondants
• La réduction des séquelles des traitements pour 58,9% - dont celle des séquelles physiques pour 63,9%, celle des séquelles psychologiques pour 55,7% et des effets indésirables pour 57,1% d’entre eux.
• L’information sur les soins de supports pour 60,5%
• Le renforcement de la coordination entre les soignants

Participation active des patientes et adhérentes

Patientes 69%
Adhérentes 64%
Non adhérentes 36%
Proches 13%
Antériorité du diagnostic
■ Moins de 5 ans 25%
■ de 5 à 10 ans 30%
■ de 10 à 15 ans 28%

Satisfaction globale à l’égard de la prise en charge…

satisfaction globale.jpg
Le taux de satisfaction globale est supérieur ou égal à 7/10 pour 90% des répondants, sans différence significative d’une catégorie à l’autre.

… mais des améliorations sont nécessaires…

améliorations nécessaires.jpg
Le taux de satisfaction globale est supérieur ou égal à 7/10 pour 90% des répondants, sans différence significative d’une catégorie à l’autre.
Si la prise en charge est considérée comme très satisfaisante dans la plupart des cas, l’impact des traitements sur la vie quotidienne doit, à l’avis des patientes, mieux être pris en charge : fatigue, stress, douleurs, effets indésirables font partie des soins de support pour lesquels ces patientes ont les attentes les plus importantes.

attentes fortes à l’égard des soins de support et de l’information

atttn soins de support.jpg
Les besoins d’information les plus exprimés concernent les soins d’accompagnement, l’annonce du diagnostic, les traitements, les droits…
<  1 2 3  >